“Masca”, le premier roman de Valérie Stein

0
241

Directrice de l’école d’Ambutrix depuis 9 ans et enseignante en cycle 3, Valérie Stein habite Ambérieu-en-Bugey depuis 2 décennies après une enfance vécue dans le Pays de Gex. Elle vient de publier son premier roman, “Masca” paru le 12 novembre dernier. Rencontre.

Valérie Stein, qu’est ce qui vous a donné envie de publier un roman ?Aviez-vous déjà écrit auparavant ?
J’ai toujours écrit, depuis que je suis toute petite. L’écriture est mon moyen d’expression, mon exutoire : j’écris des poèmes, des chansons, des histoires… Masca est le premier roman pour lequel je suis parvenue à aller jusqu’au bout, comme je le voulais. Dès le départ j’avais la trame complète en tête. Je connaissais la fin, je savais exactement où je voulais aller. Pour l’impulsion de départ c’est le lac Bleu d’Ambérieu qui m’a inspirée : son histoire, ses mystères. Et pour la tonalité du roman, c’est la musique “métal” qui a été mon élixir.
On peut catégoriser cet ouvrage comme un “thriller”. Pouvez-vous nous donner les thèmes principaux évoqués ?
Masca est un roman un peu “borderline”, qui oscille entre rêve et réalité. C’est à la fois une histoire d’amour et un conte horrifique. Phénomènes paranormaux et faits historiques réels s’y entrelacent de sorte qu’on ne sait plus démêler le vrai du faux… J’ai découvert plusieurs événements historiques intrigants concernant le Bugey. J’en ai modifié certains et dissimulé d’autres à l’intérieur de mon récit. Au lecteur de se laisser perdre dans ce dédale. C’est aussi une histoire d’amitié intergénérationnelle. Masca est également construit sur des racines fondamentalement féministes. Et tout le roman est porté par une musique de fond black métal et death métal. J’ai créé une playlist sur Deezer que l’on peut trouver par exemple sur ma page Facebook MASCA@AvelinSITERE.
Vous pouvez nous raconter nous le début de l’histoire ?
Damien est un jeune photographe lyonnais, sportif et épanoui. Sabrina est une pâtissière talentueuse à l’avenir prometteur. Ils se rencontrent à Paris lors d’un séminaire et tombent fous amoureux l’un de l’autre. Hélas Sabrina est mariée… Cette relation les plonge dans une situation ambivalente, entre passion et noirceur. Jusqu’au jour où Sabrina prend une décision qui va bouleverser la vie de Damien. Il va devoir affronter des phénomènes qui vont remettre en question ses convictions et sa vision de la réalité…
Votre roman s’adresse-t-il à un public en particulier ?
C’est un roman pour adultes. Je tiens à mettre en garde mes anciens élèves qui voudraient le lire : pas avant 18 ans. Pour ceux qui sont ados aujourd’hui, je veux bien leur dédicacer pour plus tard ! Je pense qu’il s’adresse aussi aux personnes qui ont envie de lire quelque chose qui se passe dans les lieux familiers tels que Lyon et le Bugey, et peut-être les personnes qui souhaitent connaître quelques mystères réels ou imaginaires de l’histoire locale…
À quel moment de la journée écrivez-vous ?
J’ai un travail qui me prend énormément de temps et d’énergie. Alors j’écris quand j’ai un peu de temps libre. En général je suis inspirée aux petites heures du matin ou le soir. Pour Masca j’écrivais n’importe quand et n’importe où avec mon ultra-PC : dans ma cuisine, à l’hôtel en Irlande, à La Pause Goût-T qui est mon repaire à Ambérieu, au Parc des échelles… mais le plus souvent chez moi avec Katatonia, Leprous ou Amorphis en fond sonore pour l’ambiance et le souffle créatif.
Quels auteurs lisez-vous plus particulièrement ?
Je suis une fan inconditionnelle de Stephen King et de Diana Wynne Jones. J’aime aussi énormément Haruki Murakami. J’ai une préférence pour la littérature fantastique comme L’assassin royal de Robin Hobb ou Gonelore de Pierre Grimbert et les polars japonais ou scientifiques de Kathy Reichs.
Votre livre est publié depuis le 12 novembre, est ce que cela a été facile d’arriver à cette ultime étape ?
Publier un livre aujourd’hui est très compliqué. Entre la loi du marché et la multitude de gens qui proposent des ouvrages de toutes sortes, il est très difficile de trouver un comité de lecture favorable. La solution que j’ai choisie sur Librinova me permettra peut-être de faire mes preuves. Le plus compliqué c’est de faire connaître son œuvre, d’être visible, d’atteindre le public au milieu d’une offre foisonnante.
Avez-vous déjà un autre roman en tête ?
J’ai commencé l’écriture d’une nouvelle histoire dans un tout autre registre. Là aussi j’ai toute la trame en tête et j’ai déjà rédigé la fin. Mais je pense plus à une série de nouvelles qu’à un seul gros roman. On verra la tournure que prendront les aventures de mon pirate sanguinaire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here