Les Brigades vertes à l’action pour lutter contre la renouée du Japon

0
14

Inscrite dans la liste des 100 espèces qui menacent la biodiversité dans le monde, la renouée du japon a colonisé depuis plusieurs années déjà les abords de nos cours d’eau. C’est une véritable lutte qui s’est engagée le long de l’Albarine pour ne pas se laisser déborder par ce végétal invasif et très résistant.

 

Suite à la demande de SR3A (Syndicat de la rivière d’Ain et de ses affluents), les “Brigades vertes” sont intervenues tout au long de l’été dans le lit de l’Albarine, profitant de cette période d’étiage, pour procéder à l’arrachage de la renouée du Japon. Cette plante vivace prolifère rapidement étouffant toutes les autres plantes. Par endroits, des saules ont été plantés sur les berges de l’Albarine, car en grandissant, ils empêcheront la renouée du Japon de se développer. Mais en attendant, c’est cette plante parasite qui risque de nuire à la croissance des arbustes, d’où la nécessité de l’arracher. Les plantes arrachées ne peuvent être jetées dans une déchetterie classique, car elles pourraient repousser facilement, mélangées à d’autres végétaux. Elles sont donc apportées à la Société ASE d’Ambronay, spécialisée dans le recyclage des déchets verts, qui se chargera de les détruire. Ces campagnes d’arrachage effectuées désormais chaque année commencent à porter leurs fruits. Si la plante est loin d’être totalement éradiquée, sur les berges de l’Albarine, sa prolifération est désormais mieux maîtrisée, même s’il faut rester vigilant car avec des rhizomes qui atteignent jusqu’à 10 mètres de long, ce végétal parvient presque toujours à renaître et absorbe toute concurrence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here