Extension de l’école : ouverture espérée après la Toussaint

0
26

Pas vraiment aidé par l’entreprise de maçonnerie, le chantier d’extension et de restructuration partielle de l’école bourtoire a accumulé du retard si bien que le déménagement des classes n’interviendra pas avant les congés scolaires de la Toussaint. Le point avec le maire Bernard Perret.

Démarrés en octobre dernier, les travaux d’extension du bâtiment scolaire n’en finissent plus. La faute principalement à une seule et unique entreprise, en l’occurrence celle chargée du gros œuvre, qui n’a pas respecté les délais et, par ricochet, vient retarder le travail des autres. “Ce chantier, c’est un véritable casse-tête. On a tout eu… Heureusement, il y a des entreprises sérieuses mais le gros œuvre nous a plantés. En attendant, notre souci est de faire au mieux pour que les gamins soient accueillis dans les meilleures conditions. Les petits de la maternelle ont besoin de stabilité quand ils reprennent l’école. C’est pourquoi, la prochaine grande rentrée des classes se fera dans les locaux habituels y compris la classe modulaire qui sera installée jusqu’à Noël. Celle-ci engendrera inévitablement un surcoût non prévu. Mais on fera des recours. On procédera au déménagement pendant les vacances de la Toussaint. Puis, entre la Toussaint et Noël, on effectuera des petits travaux dans l’ancien bâtiment. Comme ceci, au 1er janvier 2019, la messe est dite” espère le maire Bernard Perret qui, malgré ce chantier compliqué, tient à mettre en avant “la bonne coopération de l’équipe enseignante et des parents d’élèves” de l’école du R.P.I. (avec Pérouges).
Après une pause estivale au mois d’août, le chantier reprendra en septembre avec notamment les VRD extérieurs et les façades. Concrètement, après la Toussaint, deux classes intégreront le nouveau bâtiment à l’étage. Au rez-de-chaussée, une salle supplémentaire pourra être utilisée par l’école et les associations. Côté investissement, ce chantier représente un coût de l’ordre de 500.000 euros pour la commune, subventionnés à hauteur de 150.000 euros par l’État au titre de la Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR), 78.000 euros par le Département et 112.000 euros par la communauté de communes de la plaine de l’Ain via ses fond de concours. Il s’agit du plus gros investissement de cette mandature avec le projet d’aménagement du centre village et du coteau qui avoisine aussi les 500.000 euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here