Contrôles sur des chantiers du bâtiment en hauteur : les infractions conduisent à des suspensions

0
528

La Direccte (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) a réalisé une vague de contrôles sur les chantiers dans le département. Trois d’entre eux ont dû être arrêtés immédiatement.

 

Les chutes de hauteur constituent une des premières causes d’accident du travail grave ou mortel.
Dans le cadre du plan d’action de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, les agents de contrôle de l’inspection du travail de l’Ain ont procédé à des opérations de contrôle coordonnées de chantiers du bâtiment, afin de veiller au respect des règles en vigueur, notamment en ce qui concerne le travail en hauteur.
Au total, 12 chantiers ont ainsi été contrôlés qui impliquaient 30 entreprises. Ces contrôles ont conduit à 3 décisions d’arrêt temporaire de travaux accompagnées du retrait des travailleurs. Au regard de la situation de danger grave et imminent dans laquelle ceux-ci se trouvaient au moment du contrôle, les décisions ont été notifiées immédiatement sur place. Il s’agit fréquemment de travaux sur des toitures fragiles, ou des travaux de pose de toiture sans protection collective.
La Préfecture précise que cette campagne de contrôle est amenée à se renouveler plusieurs fois par an.
En 2017, 6 enquêtes pour accident de travail très grave dus à des chutes de hauteur ont été réalisées et 88 décisions d’arrêt temporaire des travaux pour risque de chute de hauteur ont été notifiées.
Enfin, durant cette campagne, les services d’inspection du travail ont également mené deux enquêtes sur des accidents du travail graves et une enquête pour un accident du travail mortel en raison de chutes de hauteur.

Photo : En 2017, 6 enquêtes ont été ouvertes suite à des accidents très graves dûs à des chutes en hauteur sur des chantiers du département.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here